La science infuse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sciences de la vie

Fil des billets - Fil des commentaires

27 juin 2013

Chez les souris aussi, la taille, ça compte !

Un bel attribut serait d'un certain avantage pour que le mâle (de la souris) perpétue son patrimoine génétique.

Le bon roi Henri pensait que c'était un os... pas chez l'homme en tout cas ! D'autres mammifères possèdent eux un os dans leur pénis. Cet os pénien, appelé baculum, est présent chez de nombreuses espèces de primates, de chauves-souris ou encore de rongeurs, avec une grande diversité de forme et de taille, le morse (Odobenus rosmarus) battant tous les records avec un baculum pouvant atteindre 60 centimètres ! Au-delà de l'intérêt presque esthétique pour cette "extravagance génitale", des zoologistes britanniques emmenés par la spécialiste Paula Stockley, de l'université de Liverpool (Royaume-Uni), se sont interrogés sur le pourquoi de cette extrême variabilité de l'os pénien, en se concentrant (pour des raisons pratiques) sur le cas de la souris grise (Mus musculus). Conclusion : plus l'os pénien d'une souris mâle est gros, plus celui-ci a de chances de féconder une femelle et de donner naissance à de nombreux souriceaux. Ou quand Darwin rejoint Freud, du moins dans l'univers des petites souris...

Pour leur expérience, les chercheurs liverpudliens ont placé plusieurs souris mâles et femelles dans un enclos empli d'herbe pendant trois à quatre mois, le temps pour les femelles de mettre bas jusqu'à trois portées (la période de gestation étant de 19 à 21 jours et le sevrage durant environ quatre semaines). Petite particularité de la souris : une femelle peut mettre bas simultanément à des souriceaux descendants de différents pères. Ainsi, la compétition sexuelle entre les mâles se poursuit une fois le(s) coït(s) terminé(s) pour que le sperme féconde une ovule. À l'issue de l'expérience, les chercheurs ont récupéré les centaines de souriceaux nés pour déterminer par génotypage l'identité de leur géniteur. Là où certains mâles n'ont donné naissance à aucun petit, les plus performants ont transmis leurs gènes à 27 petites souris. Quels critères permettent de distinguer les mâles les plus féconds ?

Lire la suite...

20 avril 2013

Un antibiotique contre le charme envoûtant des femmes

Cet homme, sous le charme de la porteuse d'eau, semble prêt à vider ses poches pour lui plaire.

James Bond a beau être un agent secret de premier plan, il n'en reste pas moins un homme sensible, tombant bien souvent sous le charme de belles femmes, parfois à ses dépens. Cette péripétie n'est pas qu'une astuce de scénariste en mal de rebondissements (et de belles plastiques à mettre à l'écran) : plusieurs études de psychologie expérimentale ont montré que, face à une femme séduisante, un homme avait tendance à baisser la garde et à se comporter avec moins de prudence. Heureusement, les représentants de la gent masculine pourraient bientôt se ressaisir grâce à une potion magique, ou plus exactement, un antibiotique qui aurait le pouvoir d'annuler l'effet envoûtant d'un beau visage.

Une équipe japonaise menée par Motoki Watabe et Takahiro Tako a sélectionné 98 étudiants de l'université de Kyūshū pour un jeu d'économie expérimentale, appelé jeu de confiance. Le principe est le suivant : deux joueurs reçoivent une certaine somme (ici 1 300 yens, soit environ 10 €), l'homme doit alors choisir la somme qu’il souhaite envoyer à l’autre joueur, une femme en l'occurrence. Celle-ci reçoit alors un multiple du montant envoyé (trois fois dans le cas présent) et décide si elle partage ce montant avec sa comparse (attitude coopérative) ou si elle garde tout pour elle (stratégie qualifiée de trahison par les auteurs). Variante du jeu du dictateur, ce jeu évalue la confiance que le "cobaye" attribue à son partenaire : il lui donne de l'argent, mais au risque de tout perdre. Dans cette expérience, l'étudiant ne dispose que d'une photo pour décider s'il peut se fier à l'autre personne. L'expérience est reproduite avec huit étudiantes, choisies par les chercheurs nippons pour leur goût de la trahison (elles décident de garder tout l'argent pour elles). Les étudiants ne savent pas que l'issue de l'expérience est écrite par avance – ils vont se faire plumer –  ce qui permet d'observer s'ils vont placer leur confiance en une femme en se basant sur leur seule apparence physique.

Lire la suite...

31 mars 2013

Magnétisme et cellules souches font bon ménage

Quoi de mieux pour piéger des cellules qu'un bon vieil aimant ?

Alors que le président Barack Obama a levé dès mars 2009 l'interdiction du financement public des recherches sur les cellules souches embryonnaires, ces derniers jours, les députés UMP ont empêché l'examen d'une proposition de loi, adoptée en première lecture par le Sénat le 4 décembre 2012, autorisant en France la recherche médicale sur ces mêmes cellules. Il existe toutefois d'autres "sources", ne déchaînant pas les mêmes passions éthiques, qui permettent à des chercheurs français d'exploiter les propriétés uniques de différenciation des cellules souches, notamment dans un domaine qui a émergé au début des années 1990 : l'ingénierie tissulaire, également appelé médecine régénérative (un article précédent parlait de cette technique appliquée... à la fabrication de dents). Ainsi, pendant trois ans, j'ai pu travailler sur des cellules souches mésenchymateuses, issues principalement de la moelle de la crête iliaque (le bord supérieur de l'os du bassin), avec l'idée de fabriquer in vitro du cartilage. J'ai aujourd'hui le plaisir de vous annoncer que les efforts ont été payants, puisque mes anciennes collègues (et directrices de thèse) du laboratoire Matière et systèmes complexes (MSC) de l'université Paris-Diderot (France), viennent de publier dans la revue Advanced Materials un article présentant les progrès accomplis tout particulièrement par la dorénavant docteur Delphine Fayol qui m'a succédé dans l'équipe.

Depuis de nombreuses années, les biologistes étudient la formation des différentes familles cellulaires à partir des cellules souches dans le but de reproduire ce phénomène en laboratoire. Dans notre cas, nous cherchions à obtenir des chondrocytes, cellules qui produisent notamment le collagène, élément essentiel du tissu cartilagineux. La spécificité de ce mécanisme de différenciation, appelé chrondrogenèse, est qu'il ne s'opère que lorsque les cellules souches sont dans un état compact, proche de celui dans lequel elles sont à l'état embryonnaire. Pour compacter les cellules souches, les biologistes utilisent principalement la technique de centrifugation, mais celle-ci n'est pas très contrôlable et ne permet que de produire de petits morceaux de cartilage, inférieur au millimètre. Difficile alors d'imaginer reconstruire une cloison nasale 100 % bio ! C'est ici que l'apport de notre labo (plutôt dédié à la physique) intervient : nous avons utilisé des forces magnétiques pour compacter les cellules. Mais, me direz-vous, comment un champ magnétique peut-il forcer des cellules à former une boule compacte ? Rien de plus simple, rendons la cellule... magnétique !

Lire la suite...

28 mars 2013

T'as de beaux yeux, l'tarsier !

Les yeux du tarsier nous renseignent sur l'évolution du système visuel chez les primates anthropoïdes.

Parmi les prodiges polymathes qui ont marqué l'histoire des sciences, on pense plus volontiers à Léonard de Vinci qu'à l'anglais Thomas Young (1773-1829). Ce dernier a pourtant participé au déchiffrement de la pierre de Rosette, inventé les fentes (d'Young) qui lui ont permis de mettre en évidence l'interférence des ondes lumineuses et découvert le phénomène qui nous intéresse ici : la présence dans la rétine de trois familles de cellules nerveuses, chacune sensible à une couleur différente (rouge, vert et bleu). Il a fallu attendre un siècle et demi pour qu'en 1956, le neurophysiologiste Gunnar Svaetichin observe expérimentalement ces trois types de cellules photoréceptrices, appelées cônes. On a depuis appris que si nous partagions avec les primates ce système dit trichromatique, la plupart des mammifères sont eux dichromates alors que poissons, oiseaux et autres reptiles ont une vision tétrachromatique. D'où nous vient cette particularité ? La réponse pourrait venir du tarsier, un curieux petit primate habitant les forêts d'Asie du Sud-Est, connu pour ses grands pieds mais aussi pour ses yeux énormes : le neurologue croate Stephen Polyak le considère comme l'animal ayant les plus gros yeux relativement à la taille de son corps, chaque œil étant aussi gros que son cerveau (la comparaison en images avec l'homme est impressionnante).

La famille des tarsiers a très tôt divergé des autres primates (pour en savoir plus sur l'arbre phylogénétique des primates, n'hésitez pas à consulter le site onezoom.org), d'où l'intérêt suscité par ces petits singes pour remonter aux origines des primates anthropoïdes. Particularité des tarsiers modernes par rapport à leurs cousins primates simiiformes : ils sont tous dichromates, phénomène que les zoologues associent, comme la taille démesurée de leurs yeux, à la vie nocturne. Mais en comparant chez plusieurs espèces la séquence du gène codant l'opsine, la protéine qui réagit à la lumière au niveau du cône, des biologistes du Darmouth College (États-Unis) et de l'université de Tokyo (Japon) ont montré que leurs ancêtres auraient pu distinguer trois couleurs, remettant en cause l'évolution supposée du système visuel chez les primates selon laquelle la distinction de trois couleurs est associée à une vie diurne.

Lire la suite...

- page 2 de 9 -