La science infuse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

4 septembre 2014

Quand la terre tremble, les crustacés troglodytes trépassent

Le tremblement de terre qui a ravagé la ville italienne de L'Aquila a aussi bouleversé l'écosystème de ses nappes phréatiques.

Le 6 avril 2009, la terre a tremblé à L'Aquila, capitale de la région italienne des Abruzzes, causant la mort de 308 personnes. Mais que se passait-il pendant ce temps-là plusieurs mètres sous les décombres, dans les cavernes gorgées d'eau qui irriguent le sous-sol abruzzais ? C'est à cette question de prime abord incongrue que se sont attelés Dania Galassi et ses collègues italiens en plongeant dans les entrailles poreuses de la région pour y ausculter les bouleversements vécus par les crustacés et autres gastéropodes qui vivent reclus dans ces caves immergées.

Toute une faune vit en effet sous nos pieds, dans les poches inondées des aquifères, ces formations géologiques poreuses qui emprisonnent l'eau souterraine. Sous le massif abruzzais du Gran Sasso, on trouve ainsi un aquifère dit karstique, constitué d'un réseau complexe de fissures et de grottes, peuplées de nombreux organismes microscopiques appelés stygobies (leur nom rappelant le Styx, le fleuve souterrain mythique qui séparait le monde des Enfers) : des crustacés, des vers nématodes, des gastéropodes... Une étonnante faune, aveugle et dépigmentée, pullule, enfouie dans des cavernes inondées : elle représente selon les chercheurs italiens "la composante la moins bien connue de la biodiversité globale", d'autant plus intéressante à étudier qu'elle est le plus souvent endémique, ces organismes étant les derniers survivants d'espèces présentes autrefois à la surface de la Terre avant de s'exiler dans les profondeurs, loin de la lumière du soleil. Et cette étude est d'autant plus urgente que les stygobies ne sont pas à l'abri de l'extinction, pourtant bien cachés dans leurs cavernes...

Lire la suite...

2 avril 2014

Le microbe qui a failli éradiquer toute vie sur Terre

Les trilobites font partie des nombreuses espèces marines à avoir disparu lors de la grande extinction permienne.

Il y a environ 252 millions d'années, la vie sur Terre a failli prendre fin. En l'espace de 20 000 ans - une période assez brève à l'échelle géologique - plus de 95 % des espèces marines (comme les trilobites) et près de trois quart des vertébrés terrestres ont été rayées de la surface de la carte. Quelle succession d'événements ont pu ainsi provoquer la plus grande crise biotique qu'ait connu la Terre ? C'est la question à laquelle s'est attelée l'équipe de Daniel Rothman, au Massachusetts Institute of Technology (États-Unis), épaulée par Changqun Cao, paléobiologiste de l'Institut de géologie et de paléontologie de Nankin (Chine), peu satisfaits des différentes théories qui ont vu le jour à propos de "la mère de toutes les extinctions de masse", selon le paléobiologiste américain Douglas Erwin.

Pour mieux comprendre les causes de l'extinction permienne, ainsi baptisée car marquant la fin de l'ère géologique du Permien (et le début du Trias), les chercheurs se sont envolés à Meishan, situé dans la province du Sichuan, au centre-ouest de la Chine. Leur objectif : analyser les roches de cette région, qui constituent pour les géologues le stratotype (c'est-à-dire l'affleurement-type) de la limite permo-triasique. Daniel Rothman et ses collègues se sont particulièrement intéressés à l'analyse du carbone contenu dans ces roches, laquelle indique une forte instabilité au moment de la transition Permien-Trias. Faut-il voir dans ce déséquilibre du cycle du carbone la trace d'événements volcaniques majeurs qui ont eu lieu à cette époque en Sibérie, et qui seraient responsables de l'extinction permienne selon une étude canadienne publiée en 2011 ?

Lire la suite...

8 décembre 2013

Le réchauffement climatique marque-t-il une pause ?

La hausse des températures semble marquer une pause depuis quelques années : faut-il y voir une remise en cause du dérèglement climatique lié aux activités humaines ?

Si la décennie 2001-2010 a été la plus chaude depuis le début des relevés de températures en 1850, la hausse régulière des températures à l'échelle planétaire depuis le début des années 1970 semble marquer une pause ces dernières années. Ce type d'événement climatique est du pain béni pour les climato-sceptiques, qui remettent en cause le rôle des activités humaines dans le dérèglement climatique que connaît la Terre depuis des décennies, n'y voyant qu'une variabilité naturelle du climat. Deux climatologues du National Center for Atmospheric Research, situé à Boulder dans le Colorado (États-Unis), ont ainsi cherché à comprendre l'origine de cette pause apparente dans le réchauffement climatique : la Terre aurait-elle cessé de se réchauffer ?

Pour Kevin Trenberth et John Fasullo, "la réponse dépend en partie de ce que l'on entend par "réchauffement climatique"". Derrière cette réponse de Normand se cache la mécanique complexe du thermostat planétaire. Les climatologues s'accordent ainsi pour attribuer une valeur positive au forçage radiatif, une grandeur thermodynamique qui correspond à la différence entre la chaleur reçue et la chaleur émise par le système Terre : de façon globale, notre planète engrange donc de l'énergie. Pour les climato-sceptiques, ce forçage est avant tout d'origine naturel : il peut s'agir des éruptions volcaniques qui émettent des nuages de particules dans l'atmosphère (comme a pu le faire il y a des milliers d'années le super-volcan Toba) ou encore des variations cycliques de l'activité solaire. Des causes anthropiques entrent également en ligne de compte, expliquant la hausse récente des températures : les gaz à effet de serre augmentent le forçage en "piégeant" les radiations émises dans l'atmosphère, alors que les aérosols ont un effet opposé et contribuent à "refroidir" la Terre. Tous ces facteurs modifient le forçage radiatif et contribuent au déséquilibre de la balance énergétique de la Terre. Toutefois, ce surcroît d'énergie emmagasiné ne se traduit pas de façon linéaire par une hausse des températures : cette énergie peut être transformée en autre chose que de la chaleur relarguée dans l'atmosphérique. Elle peut ainsi contribuer à la fonte des glaciers et des glaces polaires (qui a des conséquences diverses sur l'écosystème arctique) ou au réchauffement des océans, qui se traduit par une montée des eaux de 3,2 mm par an entre 1992 et 2012 selon les estimations des deux climatologues américains.

Lire la suite...

4 juin 2013

L'homme est-il en train d'épuiser la planète Terre ?

L'homme prélève environ un quart de la biomasse produite par la biosphère terrestre. Une perspective durable ?

L'homme a sans débat possible imposé sa marque sur son environnement. Ainsi, certains scientifiques ont même proposé lors du dernier Congrès international de géologie en août 2012 à Brisbane (Australie) de parler d'une nouvelle ère géologique, l'Anthropocène, suivant les propos du météorologue néerlandais Paul Josef Crutzen, Prix Nobel de chimie en 1995. Une étude publiée dans la revue Science en 1997 estimait ainsi qu'entre un tiers et la moitié de la surface terrestre avait été modifiée par l'activité humaine, que ce soit par l'agriculture ou l'extension des zones denses, ou encore qu'un quart des espèces d'oiseaux avaient disparu de notre fait. Des chercheurs de l'université de Klagenfurt (Autriche), conduits par Fridolin Krausmann, ont tenté de chiffrer le prélèvement humain sur les ressources naturelles de biomasse, forêts, champs et prairies confondues. Celui-ci aurait doublé au cours du siècle écoulé, marquant toutefois un rythme plus contenu que la hausse de la population mondiale qui a quadruplé pendant la même période. Cet impact toujours plus important menace-t-il à moyen terme l'équilibre de notre biosphère ?

L'équipe de l'Institut d'écologie sociale basé à Vienne a défini ce qu'ils appellent l'appropriation humaine de la production primaire nette (notée par la suite AHPPN). Cette grandeur évalue l'impact de l'homme sur la ressource carbonée contenue dans la biomasse, soit par modification de l'utilisation des sols (par exemple, une forêt abattue pour faire place à des pâturages renfermant moins de matière végétale) soit par prélèvement direct par l'agriculture (sans oublier les feux de forêts causés par l'homme). L'AHPPN peut être rapportée à la production primaire nette potentielle (NPP0), une valeur théorique correspondant à l'énergie accumulée dans la biomasse sur une hypothétique planète Terre qui n'aurait pas subi les dégâts d'Homo sapiens. Dans une première étude publiée en 2007, Fridolin Krausmann et ses collègues avaient ainsi évalué l'impact local de l'activité humaine, la quasi-totalité du globe présentant un ratio AHPPN/NPP0 positif qui atteste d'un accaparement d'une partie de la ressource biologique.

Lire la suite...

- page 1 de 2