Au Moyen Âge, on ne connaissait que ses voisins

La progression par vague continue de la Peste Noire au Moyen Âge serait aujourd'hui plus chaotique, faisant apparaître plusieurs foyers éruptifs, en raison de la plus grande connexité de nos sociétés.

Les chercheurs sont partis de cette observation sur la vague bubonique qui a traversé le continent pour tirer des conclusions sur la carte des interactions sociales de l'époque, et notamment sur la vigueur des relations à longue distance. En s'appuyant sur un modèle mathématique de propagation spatiale de l'épidémie, les chercheurs américains ont montré que cette vague de vitesse constante reposait sur une probabilité de contagion d'un individu inversement exponentielle à la distance le séparant d'un porteur du bacille. En effet, dans le cas où les relations à longue distance se font plus fréquentes, la propagation devient alors plus erratique, faisant apparaître rapidement plusieurs foyers éruptifs distants les uns des autres et des fronts contagieux qui s'entrechoquent.

Deuxième étape de leur raisonnement : cette loi de décroissance exponentielle des relations sociales en fonction de la distance entre individus se traduit par des propriétés particulières quant à la nature du réseau social de l'époque. Ils ont notamment quantifié dans le cadre de cette hypothèse la distance (en nombre de relations inter-individuelles) entre  deux individus pris au hasard : celle-ci est plus grande que celle mesurée sur un réseau contemporain, qualifié par les mathématiciens de "réseau petit monde" (dont il avait déjà été question dans un précédent article sur la dynamique des rumeurs).

Les propriétés connectives des réseaux sociaux observées ces dernières années ne s'appliquaient donc pas au Moyen Âge : à l'époque, pas de Facebook, nous permettant de garder le contact (plus ou moins superficiel) avec des centaines d'amis, les seuls contacts se font en face-à-face, au sein d'une communauté spatialement resserrée. Reste une question : "Si le réseau social mondial présente aujourd'hui les caractéristiques d'un réseau petit monde alors que ce n'était pas le cas au XIVe siècle, quand les choses ont-elles changé ?" La mutation sociale observée semble intimement liée à la démocratisation des modes de transport à longue distance (voies ferrées, lignes aériennes) au cours des deux derniers siècles ; l'étude d'autres épidémies (comme les différentes épidémies de choléra ou l'épidémie de la grippe espagnole de 1918-1920) pourrait permettre de préciser la date où le monde s'est ainsi rétréci.

Source : S.A. Marvel et al., The small-world effect is a modern phenomenon, arXiV, 9 octobre 2013.

Crédit photo : Sveta Bogomolova - Flickr (CC BY-NC 2.0) ; d'après Andy85719 - Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0).


Facebook Twitter LinkedIn Scoop.it Courriel More...