L'empreinte du sens

Comparé au Nouveau Testament (la cloche rouge), le manuscrit Voynich (en tirets) présente un plus grand nombre de mots revenant par à-coups dans le texte.

Ces grandeurs ont été calculées pour plusieurs textes rédigés en anglais et en portugais, ainsi que pour 15 traductions différentes du Nouveau Testament, puis comparées à celles correspondant à des copies aléatoires de ces mêmes textes. Les chercheurs ont sélectionné celles dont les valeurs étaient sensiblement différentes dans les deux cas pour construire un test robuste permettant de distinguer un texte sensé d'une suite des mêmes mots distribuée au hasard.

Les tests statistiques révèlent selon les physiciens brésiliens que "le manuscrit Voynich n'est pas compatible avec des textes dont les mots ont été mélangés, et ainsi rendus dépourvus de sens", mettant à bas la thèse d'un faussaire ayant garni à partir d'un alphabet construit de toutes pièces des pages entières de mots sans signification. De plus, les différentes grandeurs calculées à partir du manuscrit mystérieux sont assez voisines de celles obtenues pour le Nouveau Testament, à l'exception de l'intermittence qui est plus élevée que dans le texte biblique. Pour les chercheurs, cela est sans doute lié à la nature du manuscrit Voynich, qui s'apparente à un abrégé évoquant différents thèmes, d'où la surabondance de mots qui reviennent régulièrement. Le manuscrit serait néanmoins compatible avec une langue naturelle et ne serait donc pas écrit dans une langue construite comme l'espéranto.

Enfin, cette analyse statistique du manuscrit Voynich est même parvenue à repérer les mots probablement les plus signifiants du texte, en isolant les mots-clés (ceux qui reviennent à intervalle régulier dans une fraction du texte) les plus fréquents, équivalents des Pilate, Hérode et Marie du Nouveau Testament. Reste à savoir ce que peuvent bien signifier cthy, qokeedy ou encore lkaiin pour que les linguistes parviennent enfin à bout de cette version récalcitrante.

Source : D.R. Amancio et al., Probing the statistical properties of unknown texts: application to the Voynich Manuscript, arXiV, 5 mars 2013.

Crédit photo : Wikimedia Commons.


Facebook Twitter LinkedIn Scoop.it Courriel More...