Le contrôle physique de l'expression des gènes, une vieille histoire

La drosophile comme le poisson zèbre doivent leur développement embryonnaire à un mécanisme commun reliant pression mécanique et expression génétique.

Les biologistes français se sont penchés sur la phase de gastrulation, qui débute vers la quatorzième division cellulaire : l'embryon, qui comporte alors plusieurs dizaines de milliers de cellules, commence à s'organiser en différents "feuillets", préludes à une architecture plus complexe de l'organisme. Au cours d'une étape particulière du développement - appelée épibolie chez le poisson et invagination chez la mouche - certaines cellules se trouvent dilatées (appartenant à des feuillets en extension), ce qui se traduit au niveau moléculaire par le déplacement d'une protéine, la β-caténine, vers le noyau. Cette translocation est permise par ce que les biologistes appellent une phosphorylation, c'est-à-dire une modification de la structure chimique de la protéine qui modifie ses propriétés biologiques.  Enfin, l'arrivée de la β-caténine dans le noyau agit comme un facteur de transcription en venant modifier l'expression de gènes impliqués dans le développement.

Cette cascade d'événements trouve bien son origine dans un phénomène mécanique : elle est reproduite à l'identique lorsque les biologistes exercent une contrainte mécanique externe (par l'intermédiaire d'un aimant déplaçant des cellules rendues magnétiques, comme nous l'avions évoqué dans un précédent article) sur les cellules embryonnaires. Ainsi, une pression mécanique, une notion appartenant au monde de la physique, se traduit dans la cellule par la phosphorylation d'une protéine, c'est-à-dire une réaction chimique, qui assure son introduction dans le noyau où elle va interagir avec l'ADN et réguler l'expression d'un gène, un phénomène au cœur du dogme central de la biologie. Cette traduction biologique d'un stimulus physique est appelée mécanotransduction.

La réelle nouveauté de ces recherches réside dans la similitude du mécanisme de mécanotransduction chez la mouche et le poisson zèbre, deux espèces pourtant distantes d'un point de vue évolutif. En effet, si ces deux espèces respectent un plan d'organisation symétrique, les classant parmi les bilatériens, la mouche appartient aux protostomiens quand le poisson est un deutérostomien (cette distinction étant établie selon l'évolution embryonnaire des feuillets donnant les futurs bouches et anus). Pour Emmanuel Farge et ses collègues, ce rôle commun de la protéine β-caténine en réponse à une contrainte mécanique chez les mouches et les poissons zèbres remonterait ainsi à 570 millions d'années, période estimée où vivait l'urbilatérien, le dernier ancêtre commun des bilatériens. Si elle est connue depuis peu, l'influence de la physique sur le physique des organismes vivants n'est donc pas une nouveauté !

Source : T. Brunet et al., Evolutionary conservation of early mesoderm specification by mechanotransduction in Bilateria, Nature Communications, 27 novembre 2013.

Crédit photo : Bruno C. Vellutini - Flickr (CC BY-SA 2.0) ; André Karwath - Wikimedia Commons (CC BY-SA 2.5) / Pogrebnoj-Alexandroff - Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0).


Facebook Twitter LinkedIn Scoop.it Courriel More...