Pendant leur sommeil, ces autruches oscillent entre des phases de sommeil profond dites SWS (slow wave sleep) et des phases de sommeil paradoxal nommées REM (rapid eye movement).

Pendant la phase de sommeil SWS, l'autruche garde les yeux ouverts et reste immobile (comme le pigeon ou la chouette), si bien que seul l'électro-encéphalogramme indiquant des ondes lentes permet de dire qu'elle s'est endormie ! Lorsque l'oiseau entre dans une phase de sommeil REM, ses paupières se ferment, ses yeux bougent rapidement alors que sa tête tombe en avant, comme on le voit dans la vidéo. Les chercheurs ont décelé une bizarrerie : pendant ce sommeil paradoxal, le cerveau de l'autruche émet parfois des vagues lentes, semblables à celles émises pendant le sommeil profond. Les phases REM de l'autruche sont aussi inhabituelles par leur durée : elles peuvent atteindre jusqu'à 5 minutes, contre 10 secondes en moyenne pour la trentaine d'espèces d'oiseaux étudiées auparavant. Au total, ce sommeil paradoxal REM occupe un quart du temps de sommeil, plus que pour aucun autre oiseau : l'autruche aurait donc un sommeil moins profond que les autres volatiles.

Cette particularité ne semble pas liée à la taille de l'autruche : le gros manchot empereur (Aptenodytes forsteri) connaît des phases de sommeils REM semblables à ceux d'oiseaux plus petits. Pour trouver un cas similaire, il faut se tourner vers les monotrèmes, cet ordre animal curieux regroupant des animaux à la fois mammifères et ovipares, tel l'ornithorynque (Ornithorhynchus anatinus). Le rapprochement paraît étonnant, mais les chercheurs soulignent que les autruches forment le groupe le plus ancien de l'arbre phylogénétique des oiseaux, comme les monotrèmes sont l'ordre "de base" des mammifères : ces animaux sont tous deux anciens d'un point de vue évolutif. Il est intéressant de noter que le sommeil REM n'existe pas du tout chez la tortue, ancêtre commun des oiseaux et des mammifères : ce sommeil caractérisé par des ondes cérébrales rapides serait donc apparu indépendamment dans les deux branches animales, peut-être à partir d'un état hétérogène entre sommeils paradoxal et profond, dont les autruches et les ornithorynques garderaient la trace. Reste à comprendre pourquoi les différentes phases de sommeil se sont peu à peu différenciées au cours de l'évolution.

Source : J. A. Leskuet al., Ostriches Sleep like Platypuses, PLoS ONE, 24 août 2011.

Crédit photo : Tony Wills (CC-BY-SA-3.0).


Facebook Twitter LinkedIn Scoop.it Courriel More...